Témoignages > Adhérents > Philippe Desclozeaux ou la fibre de la générosité

 
 

Philippe Desclozeaux ou la fibre de la générosité

 

 

Nouveau complexe sportif à Nashik

Nouveau complexe sportif à Nashik

 Un complexe sportif si aimablement financé par la Fondation Robert Abdesellam devrait voir le jour cette année. Le projet consiste à aménager puis équiper,...

 
Parshu

Parshu

Isabelle et Guy Lecoq, nos responsables sur la région PACA ont eu la grande joie d’accueillir Parshu, ancien enfant des foyers de Snehasadan (arrivé à 9 ans...

 
Teresa (témoignage d’une ancienne des foyers de Snehasadan)

Teresa (témoignage d’une ancienne des foyers de Snehasadan)

Aujourd’hui à 40 ans, Teresa est une maman épanouie et dynamique. Devenue professeur d’anglais, elle travaille avec passion au sein d’un établissement...

 
MONTS ET MERVEILLES MONTPELLIER

MONTS ET MERVEILLES MONTPELLIER

 

 
INCREDIBLE INDIA au Palais des Sports de CASTELNAU LE LEZ (MONTPELLIER)

INCREDIBLE INDIA au Palais des Sports de CASTELNAU LE LEZ (MONTPELLIER)

SAMEDI 25 FEVRIER et DIMANCHE 26 FEVRIER 2017, venez nous voir au Palais des Sports de CASTELNAU LE LEZ. Nous y aurons un stand et vous pourrez assister à des danses...

 
 

extrait du journal Ouest France Saint Brieuc

Philippe Desclozeaux représentant local de l’Association Française pour l’Enfance Abandonnée (AFEA)

 

Pourquoi vous êtes-vous engagé de façon aussi déterminée dans l’AFEA ?

L’AFEA représente une partie de ma vie. Tout engagement profond trouve sa source dans une histoire personnelle. Je me suis impliqué depuis 1980 : nous étions quelques-uns à vouloir faire progresser l’association créée en 1967 : l’objectif était de collecter suffisamment de fonds pour soutenir efficacement l’association indienne Snehasadan, qui recueille les enfants des rues pour leur redonner une vie de famille et un espoir d’avenir. Plus de 10000 enfants ont ainsi été hébergés depuis sa création.

A quoi servent les dons ?

Nous avons fait construire 18 maisons d’accueil qui regroupent 580 enfants. Elles sont gérées en partie par des religieuses. Ces enfants, récupérés entre 3 et 10 ans sont scolarisés jusqu’à ce qu’ils puissent voler de leurs propres ailes. Une aide leur est aussi attribuée pour l’achat du matériel nécessaire à leur installation dans leur futur logement ou profession…

Comment suivez-vous la bonne utilisation de vos collectes ?

Tous les ans, un bénévole de l’association part en Inde sur ses fonds propres. Il emporte aussi du matériel (stylos, livres…). En un mois, il accomplit près de 3000 km pour visiter les maisons d’accueil, sachant que pour réaliser 100km, il faut compter environ 8 heures, en raison de la densité de la population, des vaches sacrées couchées sur la voie… Tous les trois mois également, l’un de nos 600 parrains part rencontrer le filleul avec lequel il correspond. Mon souhait est dans quelques années d’aller aider sur place, à titre permanent.

Comment s’organise la collecte ?

Des donateurs parrainent un enfant pour un coût « d’entretien » de 276 euros par ans. De mon côté, je propose à la vente la décoration intérieure de mon hôtel-restaurant « signatures ». Face à lui, j’ai ouvert, « l’annexe », où sont exposés des objets acquis au cours de ma précédente vie de décorateur et de chineur. Le produit de leur vente est reversé à l’association, de même que le seront les bénéfices tirés de notre participation à la prochaine fête de la morue à Binic. Nous prévoyons de servir 2500 repas à notre stand. Nous proposerons des menus originaux à 10 euros, à base de morue.

Comments are closed

Sorry, but you cannot leave a comment for this post.